Test de la Django sport de Peugeot

La version sport de la Django arrive bien après les modèles Héritage, Évasion et Allure de Peugeot. Décalée, cette petite nouveauté n’a pas grand-chose à voir avec les autres modèles de la marque. Disposant d’une carrosserie arrière monoplace fuyant, le scooter offre un aspect vintage bien marqué. Suivant l’exemple des autres modèles, la Django Sport adopte l’allure de scooters 50’s de Peugeot, ainsi que celle de ses voitures.

Une particularité qui se reconnaît facilement grâce aux plaques numérotées et à la peinture argentée propres à la marque au Lion.

Alliance du vintage et du high tech

La première chose qui saute aux yeux avec la Django Sport, c’est qu’elle offre une esthète que l’on ne retrouve généralement pas sur les modèles de Peugeot. En effet, ce deux-roues offre un aspect décalé sur lequel on remarque une finition impeccable, une allure cossue, et un gabarit particulièrement généreux. En plus d’un aspect rétro que l’on constate à tous les niveaux, la Django Sport est aussi un petit bijou de haute technologie. Les amoureux de high tech retrouveront sur ce modèle des feux en led, un moteur Sym Fiddle 3 de la dernière génération, ainsi qu’un système de freinage coupe SBC qui se révèle particulièrement efficace.

Un premier contact positif

On ne peut qu’apprécier le premier contact avec la Django Sport. Son allure plus conséquente que celle de la Vespa Sport lui donne un aspect valorisant qui manque souvent aux petits deux-roues. La place du pilote est plus large, offrant un meilleur confort. Il est cependant indispensable d’ajouter une selle pour les passagers. Cette petite merveille n’a rien à envier à une GT classique. Travaillée dans les détails, la Django Sport fait facilement des envieux.